LAS DOS VIDAS DE ANDRES RABADAN

LAS DOS VIDAS DE ANDRES RABADAN

  • Espagne
  • 2008
  • Ventura Durall
  • Alex Brendemühl, Mar Ulldemolins, Andrés Herrera ...
  • 84 minutes
  • VOST Fr
  • Gijón International Film Festival, San Sebastian International Film Festival, Annonay Film Festival, Spanish Film Week

Si le film ne se lance pas, appuyez sur stop et attendez quelques minutes.

TOUT PUBLIC

Synopsis
13 ans qu’Andrèas purge sa perpète dans une prison psychiatrique. 5 ans qu’il ne prend plus aucun médicament. Il aimerait bien qu'on allège sa peine pour bonne conduite mais il n’est pas évident de se détacher des raisons qui vous ont amenées dans ce trou à rat.

L'avis d'Hélie Harty
On pourrait se dire que, Allezzzzz, encore un film sur la prison qui va dérouler son lot de clichés, verser sa petite larme au moment de la répentence, ou, au contraire, nous contraindre à être les témoins d'une recrudescence de la violence, et bien... Non, pas du tout.
Ici, on parle de perspective, de reconstruction, comme savent le faire les espagnols lorsqu'il s'agit de déjouer les pronostics. On y parle même d'amour. Si, si, je vous jure. Bon, au début, c'est pas évident. Andreas Rabadan est un vrai barge, un psychopate du genre méthodique pour être certain d'aller au bout de son délire : Tuer son père avec une arbalète et faire dérailler 2 trains pour calmer ses nerfs. 
Quand démarre le film, Andrés est en taule psychiatrique depuis 11 ans et a arrêté ses traitement depuis 4. Il va mieux et se bat pour obtenir une remise de peine et on a envie de se battre avec lui

L'avis du Festival d'Anonnay
Cette histoire est vraie. En 1994 le jeune Andrès Rabadan est condamné à 20 ans de prison : à 19 ans, dans un accès de folie, il fait dérailler trois trains puis tue son père avec une arbalète. Diagnostiqué schizophrène, c'est en hôpital psychiatrique qu'il purge sa peine. Le film démarre 11 ans plus tard. Andrès est toujours dans ce même hôpital, bien qu'il n'ait plus aucun traitement depuis 7 ans...
Comme bien souvent c'est dans les traumas d'une enfance blessée qu'il faut chercher l'explication ou la signification d'actes parfois irrémédiables. Et c'est subtilement par d'incessants aller/retours entre le passé et le présent que le réalisateur nous donne accès à l'inconscient et aux souvenirs de l'énigmatique et impénétrable Andrès. Le détenu baptisé "fou à l'arbalète" semble à la fois résigné et parfaitement lucide quant à son sort. Son attitude détachée et désinvolte déplaît au personnel comme aux médecins.
Le très charismatique très beau et très impressionnant Alex Brendemühl dans le rôle d'Andrès donne à ce personnage mystérieux et impénétrable une étonnante épaisseur le rendant à la fois attirant et inquiétant. Habilement et avec beaucoup de fluidité la réalisation de Ventura Durall nous rapproche encore davantage de ce coupable/innocent pour nous aider à comprendre par quelles horreurs on peut en arriver à en commettre et devenir un assassin.
Les moments "d'évasion" d'Andrès constituent une véritable plongée poétique dans son imagination voire son imaginaire. Une fenêtre est ouverte sur l'extérieur qui lui permet de "s'évader" et apporte de l'air, de la couleur et de la lumière dans un quotidien immuable. Sa rencontre avec une infirmière particulièrement sensible à la différence, à l'intelligence et au charme d'Andrès est aussi admirablement et pudiquement développée. Entre faute, secret, résignation et espoir, ce beau film magistralement interprété rend impatient de retrouver les prochains films de son réalisateur.

Inscrivez vous ?

C'est simple et rapide !

Le film à l'affiche

VITAL SIGNS

HEAVY GIRLS

  • Allemagne
  • 2013
  • Axel Ranisch
  • Ruth Bickelhaupt, Heiko Pinkowski, Peter Trabner ...
  • 77 minutes
  • Allemand (Vostfr)
  • Slamdance Film Festival, Mauvais Genre Film Festival, Festival International du Film Grolandais, Warsaw Film Festival

Heavy Girls un film de diplôme de Alex Ranisch (Allemagne)
30 Festivals, 22 prix internationaux, dont l'amphore d'or au Festival International du film Grolandais 2012.
Si Delépine aime, soyez sûr que vous aimerez !
BANZAÏ


SYNOPSIS

Sven partage sa vie, son appartement et même son lit avec sa vieille mère, Edeltraut, atteinte de la maladie d'Alzheimer. Chaque matin, alors qu'il part travailler, Daniel, un garde-malade, prend le relais auprès de cette femme espiè ...