ALL THAT REMAINS

ALL THAT REMAINS

  • Suisse
  • 2011
  • Pierre-Adrian Irle, Valentin Rotelli
  • Isabelle Caillat, Olga Rosin, Travis Shakespeare, ...
  • 92 minutes
  • VOST Fr
  • Munich Film Festival, Namur Film Festival, Arras Film Festival, Annonay Film Festival

Si le film ne se lance pas, appuyez sur stop et attendez quelques minutes.

TOUT PUBLIC

Synopsis :
Quatre individus - liés par l’expérience commune d’une perte profondément personnelle - prennent la route à un carrefour de leur vie, dans l’espoir d’un nouveau départ. En voyage, leurs chemins se croisent, ce qui changera à jamais leur rapport à la fraternité, l’amitié et l’amour. Au Japon, Nakata quitte la perspective d’une existence passée derrière un bureau pour commencer la vie dont il rêve depuis sa jeunesse. En chemin, il rencontre Ellen, une jeune étrangère mystérieuse et attachante qui cherche à quitter Tokyo. Ensemble, ils voyagent en direction du sud-est vers les légendaires rochers d’Umikongo. De l’autre côté de l’océan, Ben, le frère d’Ellen, conduit vers le nord-ouest le long de la côte sauvage californienne. Il prend dans sa voiture Sara, une auto-stoppeuse en provenance de Las Vegas, pleine d’énergie et à la recherche d’une nouvelle vie après un mariage raté. Ensemble, ils font la route jusqu’aux falaises mystiques de Big Sur où Ben doit s’acquitter d’une mission. De part et d’autre de l’océan, une relation complexe entre des étrangers évolue. A mesure que la route défile, leurs destins s’unissent.

 

  

 

L'avis d'Hélie Harty
C'est un premier film, avec quelque maladresses, certes, mais des maladresses attendrissantes et qui finalement ne desservent pas l’histoire.  C'est une jolie histoire, bien écrite et surtout très bien filmée qui m'a transporté en me livrant son intrigue par petite dose, scènes après scènes sans que je ne m'attende à sa chute. Chute magnifique d'ailleurs. C'est un excellent moment de cinéma qui saura vous faire lâcher une larme ou deux. Un moment cinéphile à regarder avec sa douce, ou son doux pas trop loin de soi afin de partager le silence qui s'impose à la fin.
C'est un film qui passe très bien, mais qui se digère, comme on dit, un film qui ne vous laisse pas indifférent.
Le film est tourné dans sa continuité chronologique (ce qui est rare) et les acteurs ne savent pas ce qu'ils vont jouer avant de tourner, ne savent rien de l'histoire de leur partenaire, de sorte qu'ils se découvrent pendant les journées de travail et donc pendant le déroulé de l'histoire. Le Résultat est plutôt probant et ça en revanche, ça sert vachement l'histoire. Laissez vous emporter par ce road movie.

L'avis d'un spectateur (Allo ciné)
J'ai trouvé ce film admirablement bien construit, merci pour cette découverte ! Ce road-movie est fait sur deux voies qui semblent, de prime abord, établies en parallèles mais finissent par se rejoindre. La petite danse de Toshi Toda est la petite touche de gaieté qui ne se boude pas dans ce mélodrame et qui donne toute la dimension de légèreté qu'il faut accorder à la vie : ici et maintenant, c'est là qu'est le vrai bonheur. Merci messieurs Irlé et Rotelli pour m'avoir fait voyager tant au coeur du Japon, de la Californie que dans le coeur des hommes.

 

 

Inscrivez vous ?

C'est simple et rapide !

Le film à l'affiche

VITAL SIGNS

HEAVY GIRLS

  • Allemagne
  • 2013
  • Axel Ranisch
  • Ruth Bickelhaupt, Heiko Pinkowski, Peter Trabner ...
  • 77 minutes
  • Allemand (Vostfr)
  • Slamdance Film Festival, Mauvais Genre Film Festival, Festival International du Film Grolandais, Warsaw Film Festival

Heavy Girls un film de diplôme de Alex Ranisch (Allemagne)
30 Festivals, 22 prix internationaux, dont l'amphore d'or au Festival International du film Grolandais 2012.
Si Delépine aime, soyez sûr que vous aimerez !
BANZAÏ


SYNOPSIS

Sven partage sa vie, son appartement et même son lit avec sa vieille mère, Edeltraut, atteinte de la maladie d'Alzheimer. Chaque matin, alors qu'il part travailler, Daniel, un garde-malade, prend le relais auprès de cette femme espiè ...